There you have Chapter 3 of The Imagined Ones – The World Upside Down ! It introduces a new character. I change points of view every chapter, and all the different narrators come back every few chapters.

The Imagined Ones, The World Upside Down, Chapter 3 | Beware the banana peel | lisaseneque.com

 

 

 

 

CLAIRE

 

          I lost faith in humanity at forty-six.

          I was used to it. Eight years of med school spent in the confines of the morgue had given me an iron stomach, and after almost twenty years as a coroner my heart was made of steel. When I was asked to come and help with the bridge catastrophe, about two hundred deaths, I didn’t even blink. I sent a text to my husband and daughter warning them I most likely wouldn’t be back that night.

          The succession of explosions, still unexplained, had begun around six that evening and stopped about twenty minutes later. I’d arrived at 7:30 p.m under a pouring rain and frightening lightning strikes that took us all by surprise, and was directed to the makeshift camp set up to deal with the wounded and the dead. Cops, firefighters and paramedics were trying to contain the growing panic of worried families and the invasive curiosity of the media. I left the living to them and went to take care of the dead.

Lire la suite

Here comes Chapter 2 of The Imagined Ones – The World Upside Down ! Once again, there might be mistakes 😀

(Links to the other chapters at the end)

The Imagined Ones, The World Upside Down, Chapter 2 | Beware the banana peel | lisaseneque.com

 

 

 

ELIAS

 

          I lost my daughter at fifty-two.

 

          We’d fought over a stupid thing, nothing worth the last words we exchanged. Being herself, my eldest had defended her sister. I’d just came back from a day at work that, while having ended early, had started the day before. I was exhausted, I simply wanted to go home, forget work with my wife and daughters before getting a head start on a few cases I had in mind.

          Saskia was twenty-two, arctic blue eyes and pale skin from her mother’s Scandinavian origins, jet black hair from my Latin ancestry, falling in elegant curls on a slender waist carried by long legs, and white elfin-like fingers that brightened everything they touched. Boys were falling at her feet. She was a porcelain doll, and she was my greatest accomplishment. Brilliant from the moment she started talking, she’d passed her high school diploma with distinctions at twelve, and was now working on her second thesis in genetics, on undiscovered brain capacities. Socially radiant, every person she met gravitated around her like they would around a sun, she attracted the world with a single smile. And for all that she was amazing and bright in society, she wasn’t any less of an extraordinary sister at home, who tenderly loved her younger sisters and always found time to spend with them.  Lire la suite

Hello, people !

For a long time, I couldn’t finish a single one of my stories, diving into them without a precise plan of attack only to see them go down the tubes.

Then, college getting in the way, I had to put my novel fantasies on hold while I worked on my thesis, and it was actually the first time I succeded in finishing a work over a 100 pages. And to do so, I had to do an outline.

So I decided to do the same for the tetralogy I had in mind, and in this article, I explain exactly how I did that.

Writing a novel when your mind's a mess | Beware the banana peel | lisaseneque.com

Lire la suite

Bonjour, les gens !

Pendant longtemps, je n’ai pas été foutue de finir une seule de mes histoires, me lançant dedans sans technique précise pour les voir plus ou moins vite partir en cacahuète.

Puis, études oblige, j’ai dû mettre de côté mes envies de roman pour faire mon mémoire, et ce fut la première fois que je suis arrivée à finir un travail de plus de 100 pages. Et pour ce faire, j’ai dû faire un plan.

J’ai donc décidé d’appliquer la même technique de travail à ma tétralogie, et j’explique dans cet article exactement comment je m’y suis prise.

Ecrire un roman quand sa tête est en bordel | Beware the banana peel | lisaseneque.com

Lire la suite

Hello, people !

Here is a short text I wrote almost ten years ago (I’m not old, I’m precocious, it’s not the same). I wrote it in one go at almost one in the morning, only way to stop a coming panic attack, and promptly buried it for years in my hard drive.

My anxiety coming back to life lately, I thought it would be the perfect time to dig it out. You can blame the lack of logic on my emotional state back then 😀 (student life…).

Quick French lesson! La « page blanche », which is translated word for word by the « white page » and actually means the « blank page », is a metaphor for « writer’s block ». Hence the title of this text and why the blank page is mentioned a lot.

Forgive any potential mistake. Translation is an entire job for a reason, and this is just amateur work on my part.

 

 

That blank page | Beware the banana peel | lisaseneque.com

            It woke me up again in the middle of the night, it was now two minutes to one and I was reliving an old night terror that came with half-conscious delusions since I was old enough to wonder. Sadly I was precocious, and had been confining myself to a hell of rhetorical thoughs for fifteen years.

Lire la suite

Coucou, les gens !

Je présente ici un petit texte que j’ai écrit il y a presque dix ans (je ne suis pas vieille, je suis précoce, c’est pas pareil). Je l’ai écrit d’une traite à 00 h 58, ce qui a été le seul moyen de calmer une crise de panique, pour ensuite l’enfouir pendant des années dans les confins de mon disque dur.

Mon anxiété refaisant des siennes ces temps-ci, je me suis dit que c’était le moment parfait pour le ressortir. Vous pouvez blâmer le manque de logique sur mon état émotionnel à l’époque 😀 (Ah, la vie d’étudiant…).

 

La Page Blanche | Beware the banana peel | lisaseneque.com

            Ça m’avait encore une fois réveillée au milieu de la nuit, il était maintenant minuit cinquante-huit et je revivais une angoisse nocturne qui avait toujours accompagné des délires à demi-conscients depuis que j’avais l’âge de me poser des questions. Malheureusement, j’étais précoce, et me confinais donc dans un enfer de pensées rhétoriques depuis près de quinze ans.

Lire la suite

Hello people !

For my first (real) post, I want to talk about something we’re starting to see quite often in YA novels, and that I’m not exactly being secretive about it since it’s all in the title : male-female friendship.

Writing a male-female friendship | Beware the banana peel | lisaseneque.com

First thing first : YES, I BELIEVE IN IT.

I indeed think it is possible for a boy and girl to only be friends. I’ve been friends with boys all through my childhood, as have many of you I’m sure. Still to this day, working in a mostly feminine environment, the collegues my age I am friends with have a penis.

I also think that boy-girl friendship is rarely as complicated as books and movies make it out to be.

And today, intersex friendship in fictions is in fact what we’re talking about. I love it, this is something I enjoy seeing or reading. But it is often explored only superficially or, in this day of everything romance, is just an excuse to introduce a love triangle (which will probably be the object of another post) when its relevance is sometimes questionable.

And IT ANNOYS ME !!!

Lire la suite

Bonjour les gens !

Pour mon premier (vrai) article, je veux parler d’un cas qu’on commence à voir assez souvent dans les romans YA et que je n’apporte pas ici à grand renfort de suspense puisque tout est dit dans le titre : l’amitié fille/garçon.

 

Ecrire une amitié fille/garçon | Beware the banana peel | lisaseneque.com

 

Premièrement : OUI, J’Y CROIS.

Je pense en effet qu’il est tout à fait possible d’être ami(e) en toute innocence avec quelqu’un du sexe opposé. J’ai eu des amitiés de ce genre durant mon enfance, comme beaucoup d’entre vous je suis sûre, et encore aujourd’hui, travaillant pourtant dans un milieu majoritairement féminin, les collègues de mon âge avec qui suis amie ont un pénis.

Et je pense également que l’amitié fille/garçon est très rarement aussi compliquée que ce que l’on peut voir dans les livres ou les films.

Et aujourd’hui, c’est bien de l’amitié intersexe dans les œuvres de fiction dont on parle. J’aime ce sujet, c’est quelque chose que j’adore voir ou lire. Mais il est très souvent traité de manière superficielle, ou, à cet âge où tout est romance, ne sert que d’excuse pour introduire un triangle amoureux (ce qui fera très probablement l’objet d’un autre article) dont il faut parfois se demander l’utilité.

 

Et ÇA M’ÉNERVE !!!

Lire la suite

Bonjour tout le monde !

Je n’ai pas eu (et n’aurai probablement pas non plus dans le futur proche) le temps de poster beaucoup de choses, me concentrant pour le moment sur l’écriture de ma série, Les Imaginés, dont le premier tome est en vente ici. Mais je tiens à faire un petit disclaimer, concernant ce que je posterai sur ce site.

Le procédé d'écriture | Beware the banana peel | lisaseneque.com

Les quelques conseils que vous trouverez ici ne prétendent pas être paroles d’évangile. Ils ne sont pas le seul moyen d’arriver à écrire un livre ou créer une histoire avec 100% de chances de succès (ce qui n’existe pas, tout roman aura toujours un détracteur ou cent). S’ils vous aident, c’est très bien. Si vous avez quelque chose de constructif à rajouter, c’est encore mieux. S’ils ne vous ont fait ni chaud ni froid, j’espère sincèrement que vous avez trouvé votre bonheur sur d’autres blogs.

Lire la suite

Hello, les gens !!

Je vous annonce ici que mon tout premier livre (fini), Le Monde Inversé, qui est aussi le premier tome de ma tétralogie, Les Imaginés, est enfin sorti !

J’ai fait ma première plongée dans l’auto-édition avec Amazon, qui, surprise pour moi, propose aussi l’impression à la demande ! Vous pouvez donc trouver à cet endroit Le Monde Inversé, en e-book et en broché !

 

Voici le résumé :

Paris, 2015. Cela fait quatre ans que le Collectif Imaginé, groupe obscur dont personne ne connaît ni les origines ni les intentions, divise l’opinion publique. Sculptures qui viennent à la vie, périphérique devenu champ de trèfles en l’espace d’une nuit, pluies de feux follets sur la place du Trocadéro, le Collectif fait régner à la fois terreur et émerveillement sur la capitale française. Les Imaginés moquent ouvertement les forces de l’ordre, ébranlent le champ des possibles, et fascinent la population bien malgré elle.

Mais Iria, doctorante en Histoire de l’Architecture, n’a que faire des états d’âme parisiens. Entre son mec évaporé au beau milieu de la nuit, son amour de fille qui aime à jouer les enfants terribles, ses relations familiales plus que compliquées et son meilleur ami au bord du parricide, elle a déjà beaucoup à faire et trop à penser.

Pourtant, quand une vendetta vieille de dix ans éclate au grand jour entre les Imaginés et ceux qui les traquent, risquant de noyer Paris dans un bain de sang, la jeune fille va devoir revoir ses priorités et faire remonter à la surface des secrets de famille qui auraient probablement dû rester enterrés.

 

Et voici la couverture :

Couverture Amazon

Lire la suite